Sculpteur et peintre, Sébastien Lecca dessine des fœtus dans les rues. Celles du 18e arrondissement de Paris et bien d’autres encore. Un projet pluridisciplinaire développé depuis trois ans, qui lui permet d’aborder des thèmes universels. Mais ce travail est aussi contesté. Portrait d’un homme paradoxal…

Lire l’article de dixhuitinfo.com en ligne…

Sébastien Lecca dessine des fœtus, des images de gros bébé dans un placenta. Partout. À même le sol, sur les murs, sur les corps, les tee-shirts… Il a commencé à Paris, puis s’est attaqué à plusieurs villes de province. Londres et Genève ont été touchées. « C’est une œuvre sans limites, explique Sébastien Lecca. Elle me permet de parler de tout ce qui me tient à cœur, les grandes questions universelles, la vie, la mort, l’amour, la sexualité, le rapport à l’animal… »

Depuis 2010, ce peintre plasticien de 41 ans a peint une vingtaine de fœtus dans le 18e arrondissement de Paris. Son projet, d’abord baptisé « Areuuh » se nomme désormais « Super fœtus ». « J’aime provoquer, poursuit Lecca, qui a dessiné ses premier fœtus dans un local du squat artistique du 59 rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement, dont il a intégré le noyau dur. Mon projet participe au réveil des consciences. »

« Je suis totalement pro avortement », dit l’artiste, qui tient à démentir ses détracteurs.

L’avortement en danger

Mais le symbole est à manier avec précaution. Riposte féministe, par exemple, fustige le travail de Sébastien Lecca. « L’artiste qui dessine des fœtus sur les trottoirs de Paris le fait contre le droit à l’avortement », écrit le collectif, dans le forum attaché sous l’article Dans les rues, l’art à ciel ouvert, que Dixhuitinfo a publié en mai 2013. « C’est totalement faux, reprend Sébastien Lecca. Je suis totalement pro IVG. Et je considère même que la loi sur l’avortement est en danger et qu’il faut continuer à en parler. »

Sébastien Lecca est né à Lima, au Pérou. Sa mère « impliquée dans les plannings familiaux locaux » est française. Son père, « trotskiste, toujours partant pour la révolution », est péruvien. L’un de ses grands-pères était peintre et sculpteur. À cinq ans, le garçonnet débarque en France dans les valises de sa mère. Destination, Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, berceau de la famille maternelle. Il dessine depuis tout petit et prend très vite des cours pour se perfectionner. Sa scolarité se déroule sans histoire.

Le voilà bientôt assistant social. Avec une quarantaine d’adolescents handicapés mentaux, Sébastien Lecca imagine « Arc-en-Cielage ». « Il s’agissait d’emballer quarante troncs d’arbre de pièces de textile ou de plastiques colorés sur lesquels on avait inscrit mille prénoms pour symboliser le vivre ensemble », explique-t-il. Itinérante, l’expo passe par la place des Fêtes, dans le 19e arrondissement et finit dans les jardins du palais de l’Elysée, lors de la Garden Party du 14 juillet 2007. « Je goûtais alors à l’espace public, j’avais envie d’y retourner. » Les fœtus apparaissent trois ans plus tard.

Jouer avec les paradoxes

Sébastien Lecca assume son côté provocateur : « Cela fait partie de la vie. »
Sébastien Lecca vit dans le 19e arrondissement de Paris depuis cinq ans : « La rue d’Aubervilliers, c’était ce qu’il y avait de moins cher pour acheter un appartement dans Paris. Le 104 et les Jardins d’Eole sont proches, c’est un super quartier. » Quand il se promène du côté de Montmartre, de la rue des Abbesses, il observe parfois l’un de ses fœtus, peint la veille ou des semaines auparavant. « Mon dessin est tout en rondeur, tendre, poétique, observe-t-il. Sur le trottoir, je l’offre à l’imaginaire des passants. »

Via Internet, Sébastien Lecca fait commerce des déclinaisons de Super fœtus imprimées sur des tee shirts, sous forme de bijoux ou de petites sculptures. « J’en vends très peu, affirme-t-il. Ce n’est pas le premier objectif. » Ce qui n’est pas le cas de son nouveau projet, La Tour est folle : une Tour Eiffel en forme de sex toy, déclinée dans plusieurs couleurs. « Redonner sa dimension phallique bien assumée à la Tour Eiffel, est un projet qui reprend l’ensemble de mes préoccupations universelles, poursuit l’artiste. Pour le produire, j’ai dû investir dans un processus industriel. Je propage ce symbole de la France avec le cœur d’un poète mais aussi celui d’un business man. J’aime bien jouer avec les paradoxes. »

Depuis le 25 fébrier, Sébastien Lecca est devenu fabriquant d’un sextoy made in France…

Plus d’un an de travail pour réunir et mettre en place les moyens au travers desquels ce projet a pu se concrétiser…(un bon industriel, création d’une structure SARL etc).

Surtout, grâce à son ami Thibaut, associé co-gérant, le chemin de cette aventure a été plus court et plus droit.

Comme à chaque fois, Sébastien Lecca, ne s’interdit rien, touche à tout jusqu’à l’industrie, et pose comme à chaque fois un regard ludique sur les grandes questions de l’humanité, dont la sexualité fait partie.

Tout savoir sur www.latourestfolle.com le sextoy Made in France le plus parisien !

 

 

 

Entre Buxton Street et Brick Lane (quartier indien-pakistanais-bengali) dans l’est de Londres, on retrouve SuperFoetus, Citizen Kane (CZK)…

Lire la suite

foetus-fetus-street-art-lecca-17

*« Ce n’est pas à nous de nous interroger sur une erreur d’interprétation mais bien à l’artiste d’assumer la responsabilité d’un message confus.»

*« nous voulons rappeler que ce qui se passe dans le ventre des femmes n’a pas à être questionné par les hommes », source page Facebook SuperAvortement.

Ces derniers temps, en réponse aux fœtus multicolores dessinés sur les trottoirs parisiens, quelques personnes sont venues les « toyer » – comprenez : peindre ou écrire par-dessus. Les super fœtus créent la polémique.  Droit de réponse de l’auteur, Sébastien Lecca.

Lire la suite sur le blog

Super foetus pris pour cible dans le débat sur l'IVG

Quand tu as commencé à peindre tes dessins de Super Fœtus dans les rues, est-ce que tu imaginais que tu allais choquer certaines personnes et qu’ils allaient être assimilés au discours pro-life ?

Quand j’ai commencé, j’ai trouvé que c’était une magnifique idée, un projet à la dimension éthique, un dénominateur commun pour chaque être humain. C’est un symbole universel  et ancestral, et c’est vraiment la première raison pour laquelle j’ai choisi ce sujet.

Naturellement dès que j’ai eu cette idée, j’ai immédiatement fait le constat que cette image faisait partie aussi de l’imagerie des anti-IVG qui récupèrent et confondent tout : bébé, fœtus, embryons. Ils ont même récupéré pro-vie, deux mots qui sont pourtant si jolis. Alors ça m’a motivé d’autant plus pour le remettre dans la circulation et ne pas le laisser entre les mains d’un groupe pour une raison politique rétrograde. Ce symbole est au-delà, il est universel. Moi, je travaille dans ce sens-là. Le fait qu’il ait été récupéré, me motive d’autant plus pour le remettre à l’imaginaire de chacun.

Faire le tour de Paris pour aller taguer tes dessins montre l’importance que cela représente pour certaines personnes…

Elles ne sont pas très nombreuses celles qui font ça.

Je suis rentré en contact avec elles immédiatement en leur disant que ce fœtus célèbre la capacité de chacun à créer sa vie selon son désir le plus profond, donc célèbre le libre arbitre donc celui des femmes. Naturellement, je n’ai pas dit au départ que ce fœtus est pro IVG, pro libre-arbitre, parce que ça devait s’induire. Mais je sais qu’il y a beaucoup de gens à qui il faut « tout expliquer » et qui confondent fœtus et embryon par exemple.

D’ailleurs, ces personnes qui m’attaquent déplorent le fait que ce soit un fœtus. Concrètement sur leur blog, il est écrit que ce fœtus est dangereux parce qu’il est représenté comme un petit bébé. C’est un fœtus à terme qui n’a plus rien à voir avec la loi sur l’IVG. Si on connaît un peu la loi on sait qu’elle concerne les embryons, plus les fœtus. Un fœtus à terme n’est  pas du tout concerné.

Je suis entré en contact avec elles en leur disant, lisez ce que ça représente. Personnellement, je suis pro IVG. J’ai été élevé par une mère militante au planning familial qui faisait des entretiens IVG deux fois par semaine, et qui me racontait. Je suis assistant social depuis 10 ans. Ce n’est pas un gage d’intelligence  mais personnellement  j’ai pu construire une approche et une réflexion bien au-delà de la morale et aux antipodes de la culpabilité. Donc mon discours sur l’IVG est très clair. Je sais que c’est un phénomène normal, historique, qui existe depuis des siècles et des siècles. Il s’agit juste de lui donner un cadre digne, sanitaire, pour que cela puisse se réaliser en dehors des caves.

Ce fœtus en invitant à nous poser la question de qui nous sommes met de surcroit en mouvement notre capacité de nous créer…donc il célèbre le libre arbitre et donc naturellement celui des femmes à disposer d’elles-mêmes, surtout des femmes au vu du constat déplorable . Il est pro IVG puisqu’il s’agit de la liberté absolue de chacun de faire ce qu’il veut  selon qui il est vraiment. Mais ce fœtus est aussi pour refonder notre relation à la nature, aux animaux, aux plantes à notre rapport à l’univers…et là je crois qu’à l’instar du fœtus nous nous créons en permanence et qu’il y a urgence à se réveiller et à créer des solutions dans notre rapport à l’environnement.

Il n’y a pas de signe distinctif sur ton dessin donc on pourrait être amené à penser qu’il y a un rapport avec les anti-IVG…

J’ai croisé dernièrement une élue du XIXe arrondissement qui ne savait pas que c’était moi qui faisais les fœtus sur les trottoirs de Paris et qui pensait que c’était le travail de quelqu’un pro IVG. Je lui ai répondu, tu marches sur un trottoir, sur la voie publique, dans Ton arrondissement, tu penses que ce que tu vois est fait par des pro IVG et tu ne vas pas faire une main courante ? Tu ne portes pas plainte pour dégradation de la voie publique ?

Je préfère autant que les gens qui sont persuadés que c’est un truc pro IVG le détériore… maintenant ils peuvent aussi très rapidement me trouver. Quant aux 20- 30% des gens qui se posent la question sans être choqués on peut leur faire avaler n’importe quoi. Moi, je préfère autant que les gens réagissent violemment. Tu ne peux pas considérer que quelque chose est scandaleux et ne rien faire. Porter plainte, déposer une main courante, ce serait la réaction la plus saine à toute atteinte ou à toute insulte.

Mais la plupart des gens assimile bien ça à du Street Art. Ce dessin est rond, en douceur. Je pense que si les anti avortement avait peint un fœtus, ils auraient écrit quelque chose comme « respecte ma vie » – en tous cas, ce n’est pas leur mode opératoire.

Pour moi, ce fœtus est le dénominateur commun à chaque être humain, le représentant du mystère de la vie, de notre pouvoir autocréateur, de nos origines, de la question de qui est l’humain. Après je pourrais mettre un mode d’emploi, je pourrais mettre mon nom ou l’adresse de mon site internet mais ça altérerait le symbole, ça lui enlèverait de sa magie. J’écornerais la possibilité d’imaginer. Mais en fait la plupart de temps ils passent leur chemin, ils n’imaginent pas. Ils ne se demandent pas ce que ça veut dire. C’est sans arrêt que je rencontre des gens qui me demandent ce que je fais. Je suis obligé de les questionner pour les aider à comprendre et formuler…je me retrouve bien en tant qu’artiste et assistant social dans ce désir qui m’anime de créer les conditions d’une reformulation singulière chez l’autre à partir d’émotions.

On reproduit des croyances depuis des milliers d’années sur la base de ce qu’on nous a dit. C’est aussi pour ça que je fais ce fœtus, c’est une invitation au réveil. Mon utopie, c’est qu’au travers de ce fœtus je participe au réveil des autres. Moi, déjà en tant qu’artiste je m’éclate, je suis devenu sculpteur, j’ai créé des bijoux, après, je ne sais pas ce que ça provoque. J’ai rencontré beaucoup de gens à qui ça a fait beaucoup de bien. Cela m’a conforté. Il y en a d’autres qui m’ont dit que cela les avait mis mal à l’aise ou qu’ils avaient tellement aimé qu’ils le détournaient. Il y en a quelques uns qui se demandent si cela a quelque chose à voir avec les mouvements anti avortements je leur explique et s’en vont ravi et il y a ceux qui pense que C’est des anti ivg, mais je ne les avait pas encore rencontré. Alors bravo à ceux-là parce que c’est une saine réaction. Mais quand ces personnes connaissent mes intentions, quand je suis entré en contact avec elles, que je leur ai dit ce que je voulais faire à travers ce fœtus et qui j’étais, elles ont décidé de continuer et même d’en rajouter en écrivant  « Association des fœtus pour l’avortement » ! Elles sont dans une logique de destruction. Elles sont très peu nombreuse à détruire en mauvaise foie mais elles peuvent peut-être convaincre une vingtaine de personnes mais il n’y en a que 3, 4, qui sont capables d’aller taguer mes dessins la nuit. Elles ont même fait un blog.  Je leur ai demandé d’enlevez mes photos, mais ça n’a aucun sens.

Dans les jours qui viennent, je vais envoyer un communiqué en disant que j’ai choisi ce symbole parce que mon propos est purement poétique. Au final je participe à la réappropriation de ce symbole même si malheureusement il fait aussi partie d’une autre imagerie, mais soyons rassuré sur le très long terme ils ne peuvent pas gagner, ni personne, ni moi.  Les contextes, les « récupérations »,  les références seront toujours temporaires… je fais le pari qu’il à 250 000 ans ce symbole aurait été compris dans ses fondements, peut être même qu’un extra terrestre comprendrait ce symbole

Pour continuer, je suis allé récemment  au centre LGBT en leur demandant s’il y avait une rumeur comme quoi ce dessin serait affiché par des anti-IVG. Les gens qui m’ont reçu n’avaient pas du tout pensé à ça, ce qui est le cas de la plupart des gens.

Il y a une ou deux féministes qui sont venues à ma rencontre me disant : « je voulais rencontrer Sébastien Lecca parce qu’il paraît que c’est un catho, un facho » et elles m’ont dit « mais ce qu’on raconte sur vous, c’est incroyable ! ».

Je comprends qu’on puisse ne pas me trouver comme auteur de ce dessin, même si c’est globalement assez facile. Mais une fois que je suis allé à leur rencontre en leur disant vous vous trompez, théoriquement elles devraient convenir qu’on partage les mêmes valeurs. Mais je crois qu’en réalité elles ne supportent pas qu’un homme fasse des Fœtus, on me l’a dit plusieurs fois. Suite à l’exposition « dans le ventre des femmes », sur la page Facebook SuperAvortement et le blog, il y a deux posts où il est clairement dit « vous n’avez pas le droit de parler du ventre des femmes », ce n’est pas votre thème*. Exit tout homme. J’ai même lu : « oui, mais votre fœtus mâle… ». On n’est plus dans un débat, dans un échange d’idées. Oui, mon fœtus est polysémique, il peut porter à interprétations, bien sûr ! L’Art aussi est là pour provoquer.  Si je faisais des chats, bien sûr ce serait moins polémique mais qu’est-ce que ça dit un chat ? C’est joli, c’est décoratif. Il y a sans doute un message « notre rapport à l’animal, au félin »… ou notre manière de marketer les animaux. Peut importe ! Et je respecte chaque démarche. Mais un chat, même jaune, ce n’est pas mon truc. Ou Space Invader, qu’est-ce que ça veut dire ? C’est notre modernité, les jeux vidéos, l’invasion du monde numérique ? A part ça ?

Je fais des tee-shirts, je markete mon fœtus. Je m’amuse à ça, à le transformer. Je ne suis pas contre une démarche commerciale ou qui aurait à voir avec la déclinaison de produits dérivés, ça m’amuse d’essayer des matières nouvelles et d’apprendre  mais dans tous les cas j’ai besoin de dire quelque chose qui m’importe.

Le titre de ce projet est : « D’où venons-nous ? Que faisons-nous ? Où allons-nous ? » en référence au tableau de Gauguin qui s’intitule « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » Cette différence lexicale est-elle là pour rappeler que nous ne sommes que ce que nous faisons ?

Ce que je crois c’est que « je deviens ce que je pense ». Ce que j’expérimente, je le deviens. Si je pense que la vie est un enfer je vais le créer. Si je pense que je vais être malade, à force de m’angoisser, je vais créer cette maladie. Si je crois que la vie, c’est le paradis, je vais peut-être y voir des éléments ou bien créer moi-même des choses qui vont dans cette direction. Effectivement, notre pensée est un outil ultra puissant qui se transforme, qui se matérialise. Pour moi, c’est une évidence. On passe des décennies à dire je suis nul, je suis lamentable, mon corps est moche, je suis coupable. Si on passait la même décennie à ruminer des choses positives, les conséquences ne seraient pas du tout les mêmes.

Il m’a plus été reproché le « d’où venons-nous ? » On vient du ventre des femmes. On m’a dit : « Vous n’avez pas le droit d’en parler ». Mais même cette question est intemporelle. On peut y voir ce qu’on veut. On vient par exemple du fin fond de l’obscurité, et là on est en plein dedans, on régresse. Voilà, d’où l’on vient. On vient du mystère, on vient des étoiles. On vient de plein d’endroits différents. On vient des êtres unicellulaires.

Ce tableau, que tu définis comme l’origine du concept, que peux-tu nous en dire ?

J’ai fait deux tableaux où j’ai représenté le fœtus et où un voit bien ce qui m’intéresse. La question du rapport à l’animal, du rapport à la vie, à la sexualité, à l’amour, au sacré, le rapport à l’invisible. Que serait l’être humain sans l’animal ? La relation à l’animal est fondatrice de l’humanité. Comme le rapport aux végétaux, comme le rapport au sexe, à l’amour, à la mort, à l’autre. Moi, j’ai été élevé dans un milieu athée et la première parole qu’on m’a donné est : Dieu n’existe pas et a été créé pour asservir les hommes. C’est ce que j’ai cru jusqu’à mes 18 ans. A partir de là j’ai commencé à me poser des questions et depuis 3 ans je suis devenu croyant. Mais je n’ai pas de Chapelle, je n’aime pas les dogmes. Chaque croyance passe au travers d’un filtre et doit répondre à un critère : est-ce que cela me sert ? Est-ce que cela me procure du bien ? Est-ce que cela fait écho à ma vérité et celle  du moment ? Si oui, je la garde, sinon je ne m’y attarde pas.

Là-dedans, il y a mon côté péruvien, et certainement un métissage entre catholicisme et chamanisme. Je prends de l’ayahuasca de façon très régulière. C’est une plante visionnaire qu’utilisent les indiens d’Amazonie. Je fais plus confiance à ce type de médecine ayurvédique, yoga, etc. qu’aux antibiotiques et puis cela raffermi mes capacités de réceptivité, de me Rappeler, de m’extasier intérieurement et faire jubiler mon corps en action…tout comme le tai chi d’ailleurs que je pratique.

L’ayahuasca est présente dans ce tableau et quelqu’un qui connait pourrait la voir. Il y a mon rapport à l’animal, il y a ma pensée magique, en fait. De façon naturelle, quand je vois un arbre, je lui parle, quand je vois un oiseau, j’entre en contact avec lui. Pour moi, tout est sacré. Pour moi, la mort n’existe pas. C’est une étape de transformation de la vie qui continue sans arrêt et on est l’univers en train de se créer, non ? C’est une réalité. Il y a un processus à l’œuvre dans l’univers qui est une création permanente. Et nous on y participe en conscience ou pas. Je suis une manifestation de cet univers. Mes cellules prolongent cette mémoire de milliards d’années. Je suis à la pointe de la vie (rires). Je suis un VRP de la vie en train de se créer et au nom de ça je peux dire ce que je pense, ce que je crois de la vie et l’aimer, la contempler, s’en émouvoir et au travers sentir combien on participe à tout cela.

J’ai lu que tu avais déposé ce dessin du fœtus…

Oui, naturellement, je l’ai fait protéger à l’OHMI (niveau européen de l’INPI). Je joue avec les paradoxes car à la fois c’est un symbole universel, propriété de l’humanité et donc irrécupérable et à la fois il est récupéré par les anti-avorteurs. Il y a 20 ans, c’était « 2001, l’odyssée de l’espace »,  dans 20 ans ce sera peut-être Sébastien Lecca. Mais dans cinquante ans un siècle ? On sera peut-être revenu à son sens premier ou bien il sera référé par d’autres choses, peut-être par les progrès des clonages ou autre chose. Mais en réalité, il est impossible à récupérer puisque sur le long terme on sera tous morts.

Qu’est-ce que tu espères de cette propagation ?

C’est un symbole donc je ne peux pas me l’approprier. Même si je fais une tentative d’appropriation, de récupération, de marketage, de protection et de développement de produit. Je joue avec ces paradoxes.  Je pense qu’il peut y avoir un élan poétique et une ingénierie qui relève d’autres métiers. Un artiste qui veut faire une expo a besoin de clous, de marteau. Mais s’il veut se développer, il doit aussi maîtriser un certain nombres d’outils comme Facebook, les réseaux sociaux, savoir faire un site, écrire un communiqué de presse, prendre son téléphone, monter un budget, faire des dossiers. S’il fait tout cela, il a plus de chance que son propos poétique soit véhiculé. Personnellement, j’adore apprendre tout ça.

Si on donne les moyens à un geste, à une parole poétique de se faire entendre mais qu’au travers de ces moyens-là elle perd un peu de son authenticité parce qu’elle se retrouve sur des cartes postales, il faut l’accepter. C’est comme une pensée. Elle va toujours passer au travers de paroles. Elle sera toujours écornée, partielle et provisoire. Au final, le sentiment de ce qu’est la vie, je l’ai. Mais pour en parler, je ne peux que rayonner de ma joie, de mon expérience, de mes blessures, de mon humanité pour partager avec autrui.

Mes détracteurs disent : « Sébastien Lecca est un pubbard » parce que j’ai bossé une année dans une agence de pub. Mais j’ai été 10 ans assistant social ! J’ai serré la pince à Sarkozy mais finalement, je l’ai instrumentalisé avec toute ma bande d’handicapés.

S’ils sont persuadés que tu es un excellent commercial, c’est bien parce que tu fais bien ce que tu as entrepris de faire.

Oui, enfin, ils… il faut voir qui. En tous cas, elles sont persuadées que je suis un pubbard et que tous mes concepts sont commerciaux. Effectivement, quand je choisis un concept, je me pose des questions : est-ce que c’est quelque chose qui me tient à cœur? Est-ce que c’est original ? Est-ce qu’il y a une visibilité possible ? Est-ce qu’il y a des accroches au regard d’une question sociétale ou métaphysique et même des « accroches » médiatiques ? Si oui, alors c’est une bonne idée.

Tes projets ?

Sans dire ce que c’est, c’est parti d’une idée irrationnelle mais certaines idées simplissimes doivent voir le jour.

Quand je suis sur une toile avec mes pinceaux il y a certaines contraintes matérielles, quand je veux faire quelque chose dans l’espace public, les contraintes sont différentes. Mais au final, c’est le même procédé. Créer une entreprise ou une représentation, c’est un processus créatif. Certes, la finalité n’est pas la même. Dans un cadre c’est purement poétique et puis dans l’autre il y a un marché. Là, il se trouve qu’il y a une dimension poétique voire comique car c’est une parodie.

En fait, je suis un artiste autodidacte et ce que j’ai appris, c’est être assistant social et au-delà de ça, j’ai une fibre communicante. Mon travaille vise les représentations sociales et j’utilise les outils que j’ai appris à utiliser. Pour ce nouveau projet, je suis en train d’en apprendre d’autres. Là, je pense que définitivement certains vont dire que je ne suis pas un artiste mais bien un businessman…

On peut essayer de mettre une définition réductrice sur mon travail et je peux l’accepter mais je n’en tiens pas compte parce que je sais que je suis multiple, aussi bien authentique que stratège ou calculateur. Je suis humain je crée,  j’expérimente mes pensées. Et on partage tous tout cela. Je me sens solidaire de tout comme du pire. Les améliorations viennent souvent des pires choses. Coller des étiquettes ne sert à rien, la vérité glisse toujours. Toute tentative de définition empêche de voir la vérité sous d’autres angles. Et je sais qu’on agit par catégorisation, définition.

Ma méthodologie en tient compte et quand j’essaie de me créer une définition pour quoi que ce soit, je sais que c’est partiel et provisoire – comme le dit Claude Bernard dans sa méthodologie scientifique. Il faut se méfier des dogmes et avancer. S’il y a un objet de polémique qui va venir mettre en cause ton hypothèse du moment, alors elle va se reformuler et s’agrandir. Je pense que la vie procède comme ça. Aller vers soi, c’est un chemin plein de joie et de gaieté.

Article de presse paru dans le numéro hors série du magazine de « ça m’intéresse » au sujet du street-art à Paris

Article de presse paru dans le numéro hors série du magazine de « ça m’intéresse » au sujet du street-art à Paris

Article paru sur le blog Collectionneur du réel avec de belles photos de Sébastien LECCA et ses Foetus 🙂
Sébastien LECCA vu par Collectionneur du Réel
….. Mais cette oeuvre a trouvé son chemin sur les trottoirs, les murs, faite de peinture blanche, noire, en spray, en terre cuite, en sculpture, en bijou, sur des t-shirts… Une accumulation à l’image de celle des… >>> Lire l’article complet

Tee-shirt Super foetus orange fluo
Coupe femme ou homme
100% coton
Taille du S  au 5XL
Col rond, col V

Sur http://www.superfoetus.com/index.php/boutique

Tee-shirt Super foetus orange fluo sur www.superfoetus.com

Tee shirt orange fluoBoutique de tee-shirts